Mission Ouvrière de l’Orne : 2017...  60e Anniversaire... et après ?

02 33 83 90 65

2017… le 60e Anniversaire : Et ensuite... ?

Message de Noël 2018

Lien vers les vidéos de Noël 2018 de la Mission ouvrière

Et spécialement, celle du Havre... Bravo et merci aux copains... Les Normands de là-haut !

 

http://www.mission-ouvriere.info/2018/11/message-de-noel-2018-la-mission-ouvriere-du-diocese-du-havre-a-mis-en-images-le-message-propose-par-la-mission-ouvriere-de-l-orne-et

 

(On appuie sur "majuscule" et on clique sur le lien)

1er mai 2018 - L’humain au cœur du travail

 

MESSAGE DE LA MISSION OUVRIERE

Le chômage de masse atteint toutes les tranches d’âge, même s’il concerne particulièrement les jeunes, les seniors et les personnes en situation de handicap. La peur du licenciement et d’un salaire revu à la baisse explique qu’on accepte un emploi avec de mauvaises conditions. Les jeunes confrontés à la précarité n’ont plus la garantie d’une certaine stabilité, d’une rémunération décente et d’une protection sociale. La vie ouvrière a beaucoup évolué : peut-être moins de travaux pénibles mais plus de contraintes, de pression, d’horaires décousus… Nous percevons une souffrance au travail de plus en plus présente, sur fond de déshumanisation et de concurrence entre les travailleurs au sein des entreprises.

Dans de nombreux métiers de service à la personne, les moyens ne couvrent pas les besoins. Dans les entreprises privées, deux réalités s’opposent : d’un côté la finance qui se porte bien, de l’autre des salariés qui galèrent et sont les oubliés de la réussite. Les évolutions de l’entreprise sont source de difficultés pour les travailleurs. En relisant la vie, nous soulignons les manques, les revendications de dignité, les envies de changer les situations.

À quoi tout cela sert-il finalement, à part gagner son pain ? C’est important, mais ne plus avoir prise sur le contenu de ce qu’on fait, voire être en totale contradiction avec ses valeurs intimes, débouche sur de la souffrance.

 

Nous inscrivons les droits des salariés
dans l’histoire des conquêtes de la classe ouvrière


 Avoir un emploi, travailler, demeure une attente primordiale et une tradition vivante du monde ouvrier. Celui-ci vit à la fois une histoire d’exploitation et de conquêtes communes, gagnées et partagées par la classe ouvrière. Ces conquêtes de droits pour les travailleurs sont des repères pour d’autres dans le monde.

Nous sommes porteurs d’une vision où l’humain prime sur l’économie. Elle doit être à son service. Cette vision est initiée dans la parole de Cardijn : « Un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde car il a la dignité de fils ou fille de Dieu ». Nous voulons redonner un contenu et un sens à nos activités, plus conformes à ce que nous sommes. Nos mouvements permettent aux uns et aux autres de motiver leurs parcours professionnels et d’exprimer leur dignité par le travail.

 

Nous voulons mettre en avant les solidarités,
les parcours d’engagement au service du bien commun

Nous voulons mettre en avant les solidarités,
les parcours d’engagement au service du bien commun

 

Dans l’Évangile, nous constatons que Jésus a pris des travailleurs comme disciples. Travailleurs, croyants et militants, nous participons à l’œuvre de création à laquelle nous appelle le Christ. Dans notre travail, il y a une part qui n’est pas échue au salaire mais à un besoin de construire et de participer avec d’autres.

En faisant exprimer la dignité et le sens du travail, nous affirmons le droit au travail. C’est un droit de l’Homme. Ce qui nous fait souffrir, ce sont tous ceux qui sont privés de ce droit. C’est une perte pour eux, pour la société, pour notre humanité entière.
Dans l’Évangile, nous constatons que Jésus a pris des travailleurs comme disciples. Travailleurs, croyants et militants, nous participons à l’œuvre de création à laquelle nous appelle le Christ. Dans notre travail, il y a une part qui n’est pas échue au salaire mais à un besoin de construire et de participer avec d’autres.

En faisant exprimer la dignité et le sens du travail, nous affirmons le droit au travail. C’est un droit de l’Homme. Ce qui nous fait souffrir, ce sont tous ceux qui sont privés de ce droit. C’est une perte pour eux, pour la société, pour notre humanité entière.

Dans l’Évangile, nous constatons que Jésus a pris des travailleurs comme disciples. Travailleurs, croyants et militants, nous participons à l’œuvre de création à laquelle nous appelle le Christ. Dans notre travail, il y a une part qui n’est pas échue au salaire mais à un besoin de construire et de participer avec d’autres.

En faisant exprimer la dignité et le sens du travail, nous affirmons le droit au travail. C’est un droit de l’Homme. Ce qui nous fait souffrir, ce sont tous ceux qui sont privés de ce droit. C’est une perte pour eux, pour la société, pour notre humanité entière.

Les paroles du pape François nous inspirent : « L’avenir de l’humanité n’est pas uniquement entre les mains des grands dirigeants, des grandes puissances et des élites. Il est fondamentalement dans les mains des peuples, dans leur capacité à s’organiser et aussi dans vos mains qui arrosent avec humilité et conviction ce processus de changement ».

 

 

 

Secrétariat national de la Mission ouvrière 58 avenue de Breteuil 75007 Paris www.mission-ouvriere.info

Action catholique ouvrière, Jeunesse ouvrière chrétienne, Action catholique des enfants, prêtres-ouvriers,
prêtres, diacres, religieux-ses et laïcs en monde ouvrier, et Mgr Stenger (évêque accompagnateur de la Mission ouvrière)

 

 

Message de Noël 2017 de la Mission Ouvrière

60 Ans de la Mission ouvrière

Mot d'accueil de Geneviève et Jocelyne

Bonjour à tous !


Au nom du conseil diocésain de la Mission ouvrière présidé par notre évêque le Père Jacques Habert, nous sommes heureux de vous souhaiter la bienvenue !


Bienvenue aux enfants de l'ACE, aux jeunes de la JOC aux adultes de l'ACO, aux prêtres et religieuses en Mission ouvrière.


Bienvenue aussi à tous les invités qui ont pu répondre présents ou se sont excusés.


Amis de la mission ouvrière, habitants des quartiers, partenaires comme le CCFD, la Pastorale des migrants, le Secours catholique, le service de la pastorale des personnes handicapées, le catéchuménat, le service diocésain de la catéchèse, l'aumônerie du centre de détention, la mission universelle, la communauté paroissiale d'Argentan, Emmaüs, Artisans du monde, représentants syndicaux et politiques.


Nous excusons Jean-Charles Arnaud et Nancy d'Ecouché qui devaient nous accompagner en musique tout au long de la journée, des soucis de santé les ont obligés à décliner l'invitation, ils en sont désolés et sont de tout cœur avec nous.


C'est pour fêter les 60 ans de la Mission ouvrière que nous sommes réunis aujourd'hui.

Toute jeune retraitée, elle n'a rien perdu de son dynamisme.


Si nous avons voulu faire la fête aujourd'hui, c'est pour témoigner de cette présence d’Église en monde ouvrier et dans les quartiers populaires de notre diocèse.


Depuis la naissance de la JOC en 1927 dans l'Orne jusqu'à aujourd'hui beaucoup d'enfants, de jeunes, d'adultes se sont mis en route, ont cheminé, dans l'engagement et dans la foi.

Engagement dans la vie sociale, syndicale, politique mais aussi dans l’Église.


Depuis 60 ans le Monde ouvrier a évolué, avec la fermeture de nombreuses entreprises dans notre département, ce sont les emplois de service et de commerce qui se développent en même temps que les situations de précarité avec l'augmentation du chômage, des temps partiels et des CDD.


Le démantèlement du code du travail inquiète : comment protègera-t-il, entre autre, les plus fragilisés dans leur emploi, les intérimaires, les non titulaires...Quelles solutions pour les retraités qui voient leur pouvoir d'achat s'amenuiser, pour tout ceux qui cherchent un emploi et galèrent de petits boulots en petits boulots ?

 

La JOC vient de promulguer un cahier de doléances avec 40 propositions pour « Un travail digne pour les travailleurs » nous pouvons espérer que nos élus politiques travaillant sur les lois concernant le travail auront une oreille attentive à ces propositions. Comme le rappelait Benoît XVI, le travail décent est l'expression de la dignité essentielle pour tout homme et toute femme.

 

La Mission ouvrière a quant à elle réalisé un document intitulé « l'humain au travail » à partir de 600 enquêtes une base de réflexion qui ne peut que nous encourager à entrer en dialogue avec les travailleurs d'aujourd'hui.


La Mission ouvrière et les mouvements qui la composent sont donc toujours d'actualité dans ce monde précarisé où chacun a besoin de trouver des lieux d'écoute, d'échanges, de partage qui donnent sens, permettent de se mettre en route, prendre des responsabilités, être acteur citoyen dans la société et cheminer dans la foi en altérité. Chacun peut apporter et se laisser transformer par l'autre.


La Mission ouvrière favorise la rencontre  entre la société civile et l’Église par les militants engagés qui la composent et leur participation dans les différents services d’Église.

Présents dans des syndicats, partis politiques, dans des associations, auprès de migrants, ces militants offrent alors un regard différent et complémentaire sur la place de l'Église dans la société.


Par des temps forts de récollection, des célébrations, des rencontres régulières, par le jeu, la prise de responsabilités, et surtout la relecture de la vie, chacun est invité à découvrir au cœur même de sa propre vie le message de l’Évangile, la présence du Christ ressuscité.


Aujourd'hui, après la rencontre nationale de 2015 « élargis l'espace de ta tente », la Mission ouvrière est appelée à œuvrer toujours plus en partenariat avec d'autres services et mouvements. Elle s'inscrit dans la démarche de la Diaconie, voulue par notre Évêque et encouragée par notre Pape : « une église pauvre pour les pauvres », une église qui évangélise et se laisse évangéliser par les plus fragiles, où la dignité de chacun est révélée, où chacun trouve sa place, est acteur dans l'humanisation du monde pour promouvoir une société plus juste.


Avec le débat auquel chacun va  participer, nous allons pouvoir vérifier comment, à travers des initiatives diverses nous sommes déjà engagés pour promouvoir ce monde plus juste et solidaire, comment nous sommes en chemin  et quelles sont les intuitions qui nous poussent à agir, nous donnent l'espérance : Peuple en marche, quel vent nous pousse ?


Comme le rappelle le message du Pape François pour la journée mondiale du plus fragile en citant l'apôtre Jean : « Petits enfants,n'aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité » 1Jean 3-18


Alors bonne fête à tous, bonnes rencontres  et bonne journée, la parole est à vous !

Service gratuit simple et accessible à tous

Créer mon blog